• Annuaire des anciens
  • Stage
  • Etudiants
  • Marche commémorative au Mémorial du Génocide des Arméniens
  • E-reputation
  • Vie culturelle
  • Bibliotheque
  • Alumni
  • Vie culturelle 2
  • CE
  • UFAR hiver

Interview avec M. Stéphane Kenderian

Directeur d’agence

Métier enseigné à l’UFAR: Diagnostic des besoins du client et approche globale en banque assurance

C’est ma première visite en Arménie et à l’UFAR. Je ne savais pas qu’il y avait une Université française en Arménie. Je l’ai appris lorsque M. Jean- Baptiste Cartier m’a proposé cette mission. Je me suis renseigné, j’ai consulté le site internet et j’ai vu qu’il y avait une vraie collaboration entre l’UFAR et l’Université Jean Moulin Lyon 3 et un vrai échange entre les deux pays : j’ai vu que le président Hollande avait visité l’UFAR. Et quand je suis arrivé à l’Université, c’était un petit peu comme je l’avais imaginée.

Je suis d’origine arménienne, mais je n’ai jamais eu l’opportunité de visiter ce pays. Et maintenant c’est comme retour aux sources, il y a un petit peu d’affection dedans.

Je dois avouer que je n’avais jamais enseigné dans les universités françaises, j’ai toujours fait de la formation pour les professionnels. J’ai accompagné les étudiants de l’Université Jean Moulin Lyon 3 lorsque j’étais tuteur d’étudiants. Pour vous informer un peu, je suis directeur d’agence depuis 2010. Et en France on aime bien la formation en alternance, la formation où un étudiant fait ses études et a un contrat de travail pour moitié-moitié. Et quand un étudiant fait de l’alternance dans une banque, il a un tuteur, celui qui est chargé de suivre son activité, lui donner du travail, le faire évoluer, le former etc. Et à la fin de l’année cet étudiant fait une soutenance avec un projet structuré et il le présente devant l’université et les professionnels de la banque.

Quant aux étudiants de l’UFAR, je dois avouer qu’ils sont supers. Ce sont des gens qui sont très intéressés, ils sont intéressés par le métier, ils ont déjà mis un pied dans le monde du travail, ils savent ce que c’est la vie d’agence, mais ce n’est pas très simple de suivre un cours totalement en français avec des termes techniques en français. Et plusieurs fois j’ai adapté mon cours de manière à prendre des termes moins techniques pour que les étudiants comprennent bien l’idée et le global du cours. Je conseille aux étudiants de l’UFAR de continuer à travailler leur français et à être ouvert comme ils le sont. Et pour avoir du succès dans le travail il faut être dynamique et motivé. Le cours que je donne, c’est une formation commerciale adaptée à la banque. C’est-à-dire les techniques bancaires pour pouvoir travailler dans les services commerciaux de la banque. Donc la base c’est le dynamisme, la motivation et l’envie.

Et si les étudiants, par exemple, de la Faculté de finances travaillent leur français et suivent ces conseils et ceux des autres intervenants aussi, ils auront un poste souhaité puisque le diplôme professionnel de la Banque et assurance est un diplôme réputé. En France les diplômés en licence ou master professionnel trouvent un poste immédiatement parce qu’ils n’ont pas besoin d’une période d’intégration ; ils sont opérationnels, et pour une banque c’est un confort, c’est pourquoi ce diplôme est très apprécié en France.

Pour conclure, j’aimerais bien souligner que les arméniens sont très accueillants, très souriants et ils sont très disponibles, et ça, c’est super agréable.