• Annuaire des anciens
  • Stage
  • Etudiants
  • Marche commémorative au Mémorial du Génocide des Arméniens
  • E-reputation
  • Vie culturelle
  • Bibliotheque
  • Alumni
  • Vie culturelle 2
  • CE
  • UFAR hiver

Colloque international L’E-Réputation : Enjeux de gestion et de protection pour l’entreprise et l’individu

Un colloque inédit en Arménie

La révolution internet a profondément modifié nos sociétés, les comportements des individus, les techniques commerciales, le traitement de l’information. Avec l’utilisation exponentielle d’internet, celle croissante des big data et de l’open data, l’e-réputation, c’est-à-dire l’image d’une personne physique ou légale ou d’une marque sur internet, se confond de plus en plus avec la réputation, au sens classique du terme. Les controverses dans les débats publics et leur rapidité de propagation dans les réseaux sociaux démontrent l’importance de bien gérer et protéger sa e-réputation. Ces enjeux qu’ils soient juridiques ou de marketing concernent aussi bien les individus que les entreprises, les partis politiques, les médias, les administrations.

C’est pour analyser les problématiques liées à l’e-réputation que l’UFAR et la Chaire Senghor d’Arménie de la Francophonie ont organisé, le 15 mars 2017, le premier colloque international en Arménie intitulé « L’E-Réputation : Enjeux de gestion et de protection pour l’entreprise et l’individu ».

Le colloque rassemblait une communauté d’experts : juristes, gestionnaires, journalistes, marketeurs, professionnels du privé et du public. Un grand nombre d’étudiants provenant d’universités et de facultés diverses étaient présents aussi.

A travers la présentation de cas d’études pertinents, les étudiants de master de l’UFAR ont révélé les différentes approches de gestion de l’e-réputation. En rebondissant sur ces cas, les experts ont examiné les problématiques de l’e-réputation en Arménie, en France et en Suisse sur le plan juridique et de marketing.

Recommandations

Pour protéger sa e-réputation, les experts conseillent tout d’abord d’intégrer les technologies de l’information au cœur de la stratégie d’entreprise. Une e-réputation subie peut avoir de graves effets, tandis qu’une prétendue atteinte à la réputation peut se révéler au contraire bénéfique, si bien gérée. Le temps est également un facteur clé dans la destruction ou la protection de sa e-réputation. Il faut toujours être vigilent, réactif, et réfléchir sur la manière d’agir ou pas. Parfois ignorer l’attaque s’avère la meilleure solution. Les experts juridiques mettent en avant la gamme des droits affectés : le droit à la réputation et à l’honneur, le droit à l’image, les droits d’auteurs, le droit à l’oubli et au déréférencement. Se référant à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme et à celle de la Cour de justice de l’Union européenne on cerne comment atteindre le juste équilibre entre d’une part les droits mentionnés et d’autre part la liberté d’expression ou le droit à l’information. Les experts jettent également un regard sur les recours possibles (en droit civil et au pénal) dans chacune des juridictions examinées – la France, la Suisse, l’Arménie. Certes, les outils juridiques sont nécessaires et peuvent être utiles, mais ils ne suffisent pas en soi. Le processus judiciaire prend souvent du temps et ne répare pas tout, même en cas de gain de cause devant les tribunaux : du point de vue marketing et de l’individu, le dommage fait à la réputation est parfois irréparable. D’où l’importance de la maîtrise des outils de marketing, de la proactivité dans la construction d’une stratégie et d’une veille pour la prévention et la gestion des crises portant à la réputation.

Tous s’accordent à dire qu’en temps de crise, juristes et experts en marketing et communication doivent travailler de pair afin de déterminer en un temps très court la meilleure stratégie pour l’entreprise ou la personne concernée.

L’aspect innovant de ce colloque sur l’e-réputation fut remarqué par tous les participants, incluant les Ambassadeurs de France et de Suisse en Arménie, ses excellences Messieurs Jean-François Charpentier et Lukas Gasser, qui se retrouvent autour d’une francophonie utile et constructive.

Les débats autour du rôle du journaliste et des médias de l’information ou encore les big data suscitaient particulièrement l’intérêt des auditeurs : la Chaire Senghor va-t-elle s’emparer de l’une de ces thématiques lors d’un prochain colloque ?

Organisateur du colloque : L’UFAR et la Chaire Senghor d’Arménie de la Francophonie

Partenaires : l’Ambassade de France en Arménie, l’Ambassade de Suisse en Arménie, l’Université Jean Moulin Lyon 3, l’UGAB, et la compagnie "HALDI CO".

Intervenants : Sévag Torossian, Avocat pénaliste, cabinet TOROSSIAN AVOCATS (Paris), Miganouche Lucy Baghramian, Juriste (Suisse), Ara Ghazaryan, Avocat ARNI CONSULT, expert en droit international de la personne (Erevan), Aram Orbelyan, Avocat associé, cabinet CONCERN DIALOG, Guillaume Rousset, Maître de conférences en droit, HDR, Université Jean Moulin Lyon 3, Peggy Obert, Responsable de l’Ecole de gestion et de commerce de Valence, Anush Begloian, Consultant en relations publiques et CEO de «Public communication Lab», Aram Mkhitaryan, Directeur fondateur, HELIX, Artyom Ghazaryan, Chef du département de marketing et communications, ACBA-CREDIT AGRICOLE BANK, David Karapetyan, Chef du département de marketing et communications, INECOBANK , Arsen Sultanyan, Directeur général, DigiSales, Konstantin Amirakyan, Directeur de Marketing, Samvel Martirosyan, Directeur, iDitord.

Modérateurs : Alexandra Thircuir-Mens, Secrétaire générale de l’UFAR, Garine Hovsepian, Doyenne de la Faculté de droit à l’UFAR et Coordonnatrice de la Chaire Senghor d’Arménie, et Anush Begloian, Consultant en relations publiques et CEO de «Public communication Lab».